argent
Auteur de l’article
  Historienne de l’art, spécialisée dans l’étude du milieu de l’art dit « contemporain » et du système qu’il a engendré, elle est l’auteur d’un livre de référence : Les mirages de l’Art contemporain aux éditions de la Table Ronde, réédité en 2018 avec un supplément, « Brève histoire de l’Art financier ». Elle a collaboré à de nombreuses revues : « Conflits actuels », « Liberté politique », « écritique » etc. Elle appartient au comité de rédaction de la revue Commentaire et anime un blog avec une lettre d’information depuis 2009.
Articles · Blog
Notre engagement
Journal participatif
Regard critique
Équipe non partisane
Tribune pour toutes les idées
Publicité D360
Publicité AC portrait
NextSee Pub - Keynum - Portrait
Publicité D360
Publicité AC portrait

Prends l’argent et tire-toi !


Notre engagement
Tribune pour toutes les idées

Monnaie-Monet

Un artiste danois, Jen Haaning, connu pour avoir encadré le salaire moyen annuel via de vraies couronnes danoises, est sollicité par le Musée d’art moderne Kunsten : ce centre d’art, danois, ne peut donc ignorer ni ses méthodes ni celles de l’art contemporain. L’artiste est sollicité pour l’exposition Work It Out sur « la relation entre l’art et le travail ». L’institution lui a prêté des couronnes danoises (soit 84.000 dollars) afin de « réinterpréter ses œuvres cultes de billets de banque ».

On peut s’étonner qu’un musée prête à l’artiste son matériel : classique confusion des genres où les musées sont « co-producteurs » de l’art contemporain. Or Il est admis que leur participation aux frais n’entraîne guère de retour sur investissement. Ici « l’argent provient de modestes réserves affectées à l’entretien du bâtiment » : que le soin du patrimoine soit détourné au profit de l’art contemporain, c’est fort courant. C’est pourquoi la réaction effarante du musée (se plaindre) est proprement incroyable !

Car l’artiste envoie deux tableaux blancs titrés Take the money and run (« Prends l’argent et tire-toi ») et garde le magot ! Génial œuvre d’art contemporain correspondant aux critères rappelés récemment par la spécialiste N. Heinich : « transgresser les attentes du sens commun concernant ce que doit être une œuvre ». Un grand maître, cet Haaning, collant à la thématique de l’expo : « devons-nous travailler pour avoir de l’argent, ou pouvons-nous simplement le prendre ? » en est la question fondatrice, aux dires du directeur du musée. Haaning réinterprète en sus le thème usé du monochrome et, au lieu de recevoir des félicitations, se voit menacé de poursuites judiciaires !

Contractuellement, Haaning doit rendre l’argent au 16 janvier 2022, mais lui soutient, avec raison, que le travail a été fait : prendre l’argent. Ajoutant : « ce n’est pas du vol. C’est une rupture de contrat, et la rupture de contrat fait partie de l’œuvre ». La presse, qu’on a connue moins « vierge effarouchée », trouve qu’il va un peu loin ; pardi, pour une fois qu’est explicitée l’essence de l’art financier : prends l’oseille et tire-toi ! Ce sont des choses à faire mais à ne pas dire, dans notre société planétaire du « en même temps », qui veut la transgression et l’argent de la transgression. Mais il n’est pas sûr que la mésaventure danoise sonne le retour du réel, car voici une autre captation, de ce qu’il est convenu d’appeler le « capital réputationnel » d’un musée ou d’un artiste prestigieux (apte à être monétisé par ailleurs).

Publicité D360 tel
Publicité AC carré
NextSee Pub - Keynum – Carré
Publicité D360 tel
Publicité AC carré

Le musée parisien Marmottant organise jusqu’en avril 22 une « confrontation » entre Monet et Jean-Pierre Raynaud, celui qui, depuis presque soixante ans, multiplie pots de fleurs géants, carrelages blancs, assortis de la destruction de sa maison, etc. Comment un conceptuel pourrait-il « rencontrer » le peintre Monet ?

Grâce d’abord, dit le dossier de presse, à sa formation d’horticulteur – et non de beaux-arts – sa première œuvre impliquant un pot de fleurs et un pot de peinture. Sentez-vous déjà un parfum de nymphéas ? Monet et Raynaud ont un point commun « la force du geste », la « radicalité » (sic, je n’invente rien !). « Le fait que Raynaud ne soit pas peintre ne l’interdit aucunement à aborder la question de la peinture », re-sic. « Le mot peinture est une œuvre en soi, je le revendique en tant qu’œuvre. Ici l’idée de peinture m’apparaît plus forte que la peinture elle-même », clame notre Jean-Pierre national qui va accrocher une série de pots de peinture sur une surface dédiée en regard de Monet. Ce qui « souligne la pertinence d’une posture qui réfute toute séduction », encore vrai, mon marchand de couleurs fait plus vendeur !

Gardons le meilleur pour la fin : « l’expérience de l’art [de notre J-P] assure le regardeur de ne pas en sortir indemne, donc d’y gagner un supplément d’être ». Raynaud métaphysique ? Ça ressemble tellement à un gag que les bonnes âmes, curieuses, viendront voir et, comme le prophétisait Baudrillard : elles viendront pensant trouver une réponse, sans se rendre compte qu’elles viennent en réponse1. Car leur présence sera présentée comme approbation ; donc ne rions pas trop des mésaventures danoises, chez nous aussi c’est « Prends Monet et tire-toi » !

Christine Sourgins


1. Baudrillard dans Simulacres et simulation, Galilée, 1981, dénonçait déjà l’hyper-culture qui n’est que simulacres voir p. 94 à 111.

La guerre du climat aura-t-elle lieu ?

Partie 1 : Décryptage d’un mythe moderne « La violence étant toujours une option de l’action humaine, il est inévitable que des solutions violentes soient trouvées […] à des problèmes dus aux changements de l’environnement ». Qu’il s’agisse de « guerres pour les ressources » ou de « guerres de conviction », la violence serait donc « promise…

NextSee Pub - Sight - Portrait
NextSee Pub - Sight - Portrait
Publicité D360 tel
Publicité AC carré
NextSee Pub - Keynum – Carré
Publicité D360 tel
Publicité AC carré
S’inscrire à notre newsletter

Inscrivez-vous à notre Newsletter pour connaître toutes nos actualités et être tenu au courant de tous nos nouveaux articles.

J’ai bien lu les Conditions Générales d’Utilisation et je les accepte.

Envoyer un article Nous contacter